Dictature des médicaments!

Ma vie est rhytmée totalement par mes prises de morphine et d'anti-inflammatoire... Du matin au réveil où les douleurs sont trés fortes, jusqu'au soir où je reviens au point de départ et où je souffre, en général, autant que le matin, après avoir été, heureusement, soulagée une partie de l'après-midi... Mon petit déjeuner consiste à croquer un bout de tartine, avaler un comprimé, croquer un second bout, avaler un 2ème comprimé, ect...jusqu'au douzième médicament en guise de dessert!!! Il y a la cortisone, que je prends depuis plus de dix ans pour stabiliser au mieux ma maladie, avec une dose qui varie selon que je suis, ou non, en "poussée"...Puis le 1er anti-inflammatoire de la journée (j'en prends 3 en tout!) et les cachets de morphine...Et puis, suivent les médicaments qui sont là pour lutter contre les mauvais effets des premiers! Comme par exemple, ceux pour l'estomac...car bien entendu, après une douzaine d'années sous anti-inflammatoire, mon estomac en a prit un sacré coup! Je suis, également, sous anti-dépresseurs car la cortisone à haute dose m'a déjà provoqué une grosse dépression (il paraît qu'elle abaisse le taux de sérotonine, responsable des dépressions lorsqu'elle chûte...du moins c'est ce que j'ai cru comprendre des explications de mon médecin hospitalier!)...La morphine elle, provoque des nausées ainsi qu'une forte constipation...donc, encore des médicaments pour palier aux autres!!!! Bref! de véritables petits coktails de santé!!! Mais si au moins, tout ceci "marchait"! Malheureusement, ce n'est pas toujours le cas! Sans entrer dans les détails plus avant, selon les dosages, la morphine me soulage de disons, 40 à 80 pour cent...(et parfois même moins...) Il n'y a que l'après-midi où je revis un peu...(durant la journée, j'ai des "inter-doses" de morphine qui s'ajoutent et me soulagent mieux) alors j'attends ces heures là pour faire le ménage par exemple! et si je dois sortir avec une amie, je donne RV toujours après 14h! Seulement bien souvent, je n'ai pas le choix! et il me faut me rendre quelque part durant la mâtinée ou plus tard dans la soirée...et là alors, je peux dire que j'en bave! Un spectacle ou un dîner le soir, et d'avance je sais que je vais souffrir et que la fin de soirée risque d'être totalement gâchée par les douleurs... Mais que faire?! M'arrêter de "vivre" à partir de 19h? et ne pas bouger avant 14h??! Je refuse, je préfère faire avec et avoir la vie la plus "normale" possible... Cela me peine déjà assez de donner à ma fille et mon mari, l'image d'une femme plus souvent allongée que debout... Bon, il est temps de retrouver mon canapé...A plus tard cher ordi...